« Les effets du travail sur la vie privée », retrouvez son intégralité

Le 21 avril 2011, le cabinet Technologia, épaulé par la MUTUELLE UMC, lançait une vaste enquête à la fois quantitative et qualitative pour comprendre et éventuellement mesurer les impacts de la vie professionnelle sur la vie privée, dans toutes ses dimensions : sociales, familiales, amoureuses, voire sexuelles. Le 6 mars 2012, Technologia a rendu publique son enquête intitulée « Les effets du travail sur la vie privée ».

Née de la rencontre entre les préoccupations d’un cabinet spécialisé en prévention des risques professionnels et celles de médecins, psychiatres ou sexologues confrontés à des demandes d’ordre a priori plus personnel, cette enquête est une première.

Que disent les personnes que nous avons interrogées ? Pour la moitié d’entre elles, le travail tient au quotidien la place la plus importante. Pour les cadres, cette proportion atteint 61%. Et pourtant, la quasi-totalité de ces salariés (96%) souhaiterait faire d’autres choix de vie. Le premier enseignement de cette enquête est donc celui-ci : la majorité des salariés vivent un déchirement entre l’importance qu’ils accordent à leur travail et celle qu’ils peinent à donner à leur vie privée, familiale principalement.

Le travail déborde toutefois, le monde des relations entre vie professionnelle et vie privée est plus complexe que cette opposition binaire entre une activité trop pesante et une famille trop peu
présente. C’est là le véritable intérêt de cette enquête : si la vie des salariés semble bien s’organiser autour de deux pôles que sont d’un côté le travail et de l’autre la famille, l’analyse des interactions entre les deux révèle un monde de la vie où chacun recombine leur influence selon les moments de son existence et sa trajectoire professionnelle.

C’est à un bouleversement et à une reconfiguration des rapports spatiaux-temporels des individus auxquels nous assistons. Les espaces ne sont plus étanches, les temps s’entremêlent, principalement pour les cadres.

Horaires élastiques, travail de nuit, sommeil réduit, rapports sexuels bâclés ou tout simplement ajournés, le travail entre chez les gens pour s’y installer durablement. Presque naturellement tant il semble difficile de résister à ce temps de la production qui ne connaît plus les pauses nocturnes ou les frontières de la maison. Le sommeil, la vie privée ou la sexualité servent alors de variables d’ajustement. Mais à quel prix : culpabilité, divorces, troubles sexuels…

Téléchargez l’enquête au format PDF