Crise et coronavirus : ne confinez pas la communication avec les salariés !

Crise et coronavirus : ne confinez pas la communication avec les salariés !

Face à une situation de crise d’une telle ampleur avec le Coronavirus, de nombreux élus et employeurs peuvent se sentir démunis. Rares sont ceux qui sont préparés pour faire face à un tel événement.

Certes, après la grippe H1N1 de 2009 ou les attentats terroristes de 2015, certaines organisations ont mis en place des formations mais rares sont les entreprises qui ont imaginé faire face à une attaque virale autre qu’informatique.

Alors, comment maintenir les relations et une communication entre la direction, les élus et les salariés ?

Il est essentiel de mettre en place une équipe de gestion de crise afin de centraliser la prise de décisions et permettre de garder avant tout le lien avec tous, de conserver le sens partagé de ce qui unit les salariés d’une entreprise.

Les réactions de chaque personne face à la crise seront très différentes : de la sérénité à l’angoisse, tous les comportements seront compréhensibles et il ne faudra pas croire que chacun devra apprécier la situation comme vous et donc réagir comme vous.

Une information très régulière, définie par l’équipe de gestion de crise, permettra à chaque salarié de ne pas se sentir livré à lui-même et d’éviter la circulation de fausses informations (les fake news) : non l’entreprise ne va pas mettre immédiatement la clé sous la porte, oui l’entreprise envisage le chômage partiel avec une couverture minimum à 84% de votre salaire net, non le citron ne protège pas des virus, non il n’y a pas que les personnes âgées qui sont touchées par le virus…

Chacun a besoin de se sentir soutenu et relié aux autres, aux dirigeants, aux collègues, aux représentants du personnel, pour pouvoir garder confiance et faire face à cette crise sanitaire inédite et de grande ampleur. Les conditions d’accès aux arrêts de travail, au chômage partiel, au télétravail, aux moyens de protection… doivent être transparentes et diffusées auprès des personnes identifiées. Chacun doit savoir vers qui se tourner pour obtenir des réponses à ses interrogations.

Il faut à tout prix éviter de mettre la communication de côté sous prétexte que la situation est déjà assez difficile à gérer comme ça ! Elle le sera encore plus lorsqu’il faudra rattraper toutes les fausses informations.

Le jour où tout reviendra dans l’ordre au niveau sanitaire, la communication aura permis de garder un collectif de travail, voire même de l’avoir créé, pour s’attaquer plus unis et plus sereins à la reconstruction.